Contribuer à la diffusion de la culture et des valeurs françaises et francophones

L’Alliance française d’Arménie, créée en 2002, fêtera la saison prochaine ses 15 ans. Garante de la pérennité d’une solide tradition francophone en Arménie, elle a insufflé depuis toutes ces années le désir d’apprendre le français et de le pratiquer régulièrement à de nombreux Arméniens.
Seule Alliance du Caucase, l’Alliance française d’Arménie, située dans la capitale, Erevan, fait partie intégrante du réseau mondial des Alliances françaises, regroupant à ce jour environ 800 Alliances, réparties sur les cinq continents.
Lieu incontournable d’un enseignement de qualité du français, dispensé par des professeurs renommés, l’Alliance est aussi l’unique centre d’examen en Arménie, dispensant tous les diplômes proposés dans le cadre du CECR (Cadre européen commun de référence pour les langues).
Mais elle est aussi le vecteur majeur de la diffusion de la culture et des valeurs françaises et francophones, tant auprès d’étudiants motivés et désireux d’approfondir leur maîtrise de la langue, qu’auprès des personnes l’ayant appris de longue date et souhaitant pratiquer régulièrement pour ne pas en perdre les notions patiemment acquises. Ainsi, dans un pays ou le français occupe une place non négligeable, l’Alliance met un point d’honneur à se mettre à la pointe des différentes technologies de l’enseignement, et est, à ce titre, équipée de plusieurs TBI (tableaux blancs interactifs), améliorant ainsi grandement les moyens éducatifs, et projette prochainement l’aménagement d’une salle informatique pour les examens sur ordinateur.
Comptant à ce jour six professeurs diplômés et habilités à faire passer les différents examens, c’est en moyenne 500 étudiants par an qui se rendent à l’Alliance, témoignant de la sorte d’un véritable engouement pour le français, dans cette région à mi-cheval entre l’Europe, l’Asie et le Proche-Orient, cela sans compter les autres structures faisant elles aussi la promotion du français et avec lesquelles nous travaillons régulièrement, telles que l’École française, l’Université française en Arménie (UFAR), et de nombreuses associations développant et promouvant cette culture sous toutes ses coutures et par le biais d’activités variées – l’Association Arménienne des Enseignants de Français (AAEF), Solidarité Protestante France-Arménie (SPFA), Komitas Action Suisse Arménie (KASA)... Grâce aux efforts conjoints de toutes ces organisations, de nombreuses personnes en Arménie parlent un français presque à la perfection sans parfois n’avoir jamais mis le pied en France !
Par ailleurs, dans le cadre du projet « Initiative francophone nationale », l’Alliance française est le partenaire de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) pour la réalisation du programme « Le français dans les relations internationales » en dispensant chaque année des cours à environ 70 fonctionnaires arméniens contribuant ainsi  au développement de façon significative des compétences professionnelles et techniques en langue française, au sein des administrations cibles, des diplomates et fonctionnaires nationaux en charge de dossiers internationaux (cadres et experts) et amenés à représenter leur pays dans les réunions internationales – Union européenne (UE), Union africaine (UA), Organisation des Nations unies (ONU), etc.
Mais, outre la question de l’enseignement, l’Alliance française est aussi le garant d’une diffusion de la culture française sous toutes les acceptions qu’elle renferme, et cela se fait tout d’abord par le biais de la plus grande bibliothèque francophone du pays. De nombreuses manifestations culturelles rythment également les différents mois et saisons de l’année, allant des activités manuelles pour les enfants, aux scènes ouvertes de tous les arts, en passant par les projections de films, parfois suivies d’un débat et même, en 2017, à l’occasion de la fête de la Francophonie, la mise en place du premier Festival national de théâtre des jeunes francophones en Arménie, qui a réuni 11 écoles et plus de 150 élèves ayant le français comme deuxième ou troisième langue et dont les prouesses et leur aisance à jouer en français sur scène n’ont eu de cesse de nous surprendre.
Le français en Arménie a donc encore une longue vie devant lui, et les francophones attendent ici avec impatience la tenue de ce XVIIème sommet de la Francophonie.


      « paru dans « La Lettre Diplomatique » N°118 - 2ème trimestre 2017
      Source: ici

subscribe newsletter